Contact

alter ego
Av du Simplon 23
Case postale 844
1800 Vevey
fax : 021 925 70 13

M. Jörg Rickenmann
Coordinateur
079 335 57 62

Contactez Jörg Rickenmann
DANS LES FAITS 2017-10-09T09:40:42+00:00

La prévention de la maltraitance dans les établissements médico-sociaux… Un tabou difficile à lever.

DANS LES FAITS

Profil des victimes


Majoritairement âgées de 80 à 99 ans, prioritairement des femmes (62%) par rapport aux hommes (18%), les autres appels concernent en effet d’autres groupes de personnes.

Profil des appelants


31% des appelants sont des membres de la famille de la victime;
15% sont les victimes elles-mêmes;
18% sont des professionnels.

Profil de l’auteur


Dans 36% des cas, l’ «auteur» est un membre de la famille…
Dans 23% des cas, il s’agit de l’enfant de la «victime».
Dans 28% des cas il s’agit d’un professionnel.

Lieu de vie de la victime


51% des «victimes» vivent à domicile.
34% vivent en milieu institutionnel (maltraitance de la famille ou du personnel institutionnel).

blutdruck-diagnose
Une revue de la littérature menée par Cooper et ses collègues en 2008 indique qu’entre 3,2% et 27,5% de la population âgée de plus de 65 ans dans le monde serait concernée par la maltraitance. Selon l’Organisation mondiale de la Santé Région Europe (2011), 25% des personnes âgées très dépendantes d’aide et de soins seraient victimes de maltraitance. Plus généralement, plusieurs études européennes montrent qu’entre 10% et 20% des aînés seraient touchés par une forme ou l’autre de maltraitance. Rapporté à la population suisse, cela représenterait jusqu’à 300’000 personnes.

En Suisse, l’Office fédéral de la statistique (2000) indique que 3,9% des personnes de plus de 65 ans vivant en ménage privé disent avoir subi des violences (psychologiques, physiques et financières) au cours des 12 derniers mois (Enquête suisse sur la santé, données de 1997). Ces données, relativement anciennes, ne prennent toutefois pas en compte les négligences et ne concernent pas les aînés vivant en institution.

Le nombre réel de personnes âgées concernées par la maltraitance est particulièrement difficile à définir. De nombreux experts s’accordent sur le fait que les taux mesurés dans les études représentent uniquement la pointe de l’iceberg.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Il s’agit d’un problème qui risque de s’accroître compte tenu du vieillissement rapide de la population dans de nombreux pays. Entre 1995 et 2025, le nombre des personnes de plus de 60 ans dans le monde devrait au moins doubler, passant de 542 millions à quelque 1,2 milliard.

La maltraitance envers les personnes âgées peut conduire à de nombreuses conséquences tant sur le plan psychologique (idées suicidaires, détresse émotionnelle, perte de confiance en soi, dépression, etc.) que sur le plan physique (blessures multiples, fractures, hématomes, risque de présenter un moins bon niveau de santé générale, etc.).

Les études mettent également en évidence une durée de séjour hospitalier plus longue, des admissions plus fréquentes dans les services d’urgences, une durée de vie plus courte et un risque plus élevé d’institutionnalisation pour les personnes victimes de maltraitance. Des conséquences financières sont également observées. Cependant, elles sont plus difficiles à quantifier.

En 2002, l’OMS a publié un rapport sur la violence et la santé dans le monde. Elle y reconnaît le besoin de mettre en œuvre une stratégie globale de prévention de la maltraitance des personnes âgées et de développer la recherche sur le sujet. Douze ans après, le rapport de situation 2014 sur la prévention de la violence dans le monde de l’OMS fait le point sur la situation. Malgré les efforts et les actions déjà entrepris, il reste un long chemin à parcourir pour atteindre les objectifs posés en 2002 par l’OMS.

Psychologique 27%
Financière 33%
Physique 8%
Négligences passives et actives 19%
Médicamenteuse 5%
Inconnu 8%

Ces données reflètent les appels qu’alter ego reçoit. Elles sont établies sur la base de près de 80 situations traitées depuis 2013.
Cela ne représente bien évidemment pas la réalité Suisse, nombre d’autres situations doivent exister sans que personne ne soit au courant…

alter ego travaille pour l’amélioration de la qualité de vie de nos aînés!