Contact

alter ego
Av du Simplon 23
Case postale 844
1800 Vevey
fax : 021 925 70 13

M. Jörg Rickenmann
Coordinateur
079 335 57 62

Contactez Jörg Rickenmann
LA MALTRAITANCE 2017-10-09T09:40:43+00:00

Définition adoptée par alter ego (2002):

« La maltraitance envers les personnes âgées constitue un ensemble d’actes – comportements ou attitudes – commis ou omis envers une personne au détriment de son intégrité physique ou sexuelle, morale ou psychique, matérielle ou financière. La maltraitance engendre un tort ou une blessure. Elle constitue une atteinte aux droits fondamentaux et à la dignité de la personne. »

Définition de la «Toronto Declaration on the Global
Prevention of Elder Abuse» (Organisation mondiale
de la Santé, 2002):

« La maltraitance envers les personnes âgées constitue un acte isolé ou répété, ou un manque d’action appropriée, qui survient dans le cadre de toute relation dans laquelle il y a une attente de confiance et qui cause un dommage ou de la détresse à une personne âgée. Elle peut prendre différentes formes : physique, psychologique/émotionnelle, sexuelle, financière, ou refléter une négligence intentionnelle ou involontaire. » (p.3, traduction libre).

Pourcentage des situations d’abus par forme de maltraitance

En 2010, Soares et ses collègues ont mené une étude dans sept pays européens (Allemagne, Grèce, Italie, Lituanie, Portugal, Espagne, Suède). Plus de 4’000 personnes âgées de plus de 60 ans ont été interrogées. Les principaux résultats ont démontré que :

19,4%

des personnes interrogées ont rapporté...

avoir été victimes de maltraitance psychologique

3,8%

des personnes interrogées ont rapporté...

avoir été victimes de maltraitance financière.

2,7%

des personnes interrogées ont rapporté...

avoir été victimes de maltraitance physique

0,7%

des personnes interrogées ont rapporté...

avoir été victimes de maltraitance sexuel.

Cette étude a toutefois quelques limites dont il faut tenir compte pour analyser les résultats. Premièrement, les chercheurs n’ont pas pris en compte la négligence. Deuxièmement, les personnes âgées souffrant de troubles cognitifs, qui résident illégalement dans le pays ou qui sont analphabètes ont été exclues de l’étude. Ces critères d’exclusion peuvent biaiser les résultats et il est fort probable que les données obtenues ne représentent que la pointe de l’iceberg.

Les types de maltraitance

Près de 60% des abus contre les retraités sont d’ordre financier ou matériel : vols, détournements de fonds, procurations frauduleuses, achat ou vente forcés, refus de remboursement d’un emprunt, appropriation de biens (bijoux, meubles, fortune, maison) avant le décès, etc.
Certaines personnes sont pincées, bousculées, rudoyées, frappées, attachées à leur lit, à leur fauteuil. D’autres se voient forcées à prendre des médicaments qui les rendent plus « soumises ». D’autres encore sont forcées d’accomplir des actes violant leur intimité ou leur sexualité.
Les moyens utilisés sont le dénigrement, l’injure, le mépris ou encore l’intimidation. On menace les personnes de les placer en institution ou de les mettre à la porte, de les priver de visites ou de contacts avec leurs petits-enfants. Certaines sont menacées d’être enfermées à la maison, cloîtrées dans une seule pièce, sans accès au téléphone. D’autres encore sont traitées de « gâteux », comme si elles étaient incapables ou irresponsables.
Maltraiter, c’est aussi négliger de donner des soins essentiels à une personne. C’est omettre de lui donner une nourriture ou des boissons adéquates, les médicaments ou les soins d’hygiène dont elle a besoin.
Certaines institutions font aussi preuve de négligence en n’offrant qu’une alimentation de mauvaise qualité ou en quantité insuffisante, en logeant les résidents dans des chambres trop petites, en n’assurant pas de services adéquats durant la nuit.
Maltraiter, c’est empêcher quelqu’un d’avoir une vie sociale, lui interdire des relations affectives ou limiter ses contacts avec des membres de sa famille. Restreindre ses droits revient aussi à gérer ses biens sans son consentement, l’empêcher d’accéder à des soins, d’exercer ses droits de citoyen.

Toute personne a le droit d’être informée sur son état de santé ainsi que de consentir à un acte médical ou de le refuser.

Les formes de maltraitance

A domicile, en institution ou à l’hôpital, des personnes âgées souffrent de divers abus :

  • Vol, fraude, captation d’héritage (abus financiers et matériels)
  • Coups, bousculade, attouchement (abus physiques et sexuels)
  • Humiliation, injure, abandon, chantage, menace (abus psychologiques et moraux)
  • Non réponse aux besoins (négligence)
  • Agisme, discrimination, atteinte aux droits (violation des droits)

Ce que les experts disent…

« Lorsqu’une personne soignante oblige une personne diabétique de 95 ans à suivre à la lettre un régime pour son bien, alors que cette dernière aspire seulement à se faire un peu plaisir en mangeant des sucreries, quitte à vivre moins longtemps, cela peut également être considéré comme de la maltraitance ».
Delphine Roulet Schwab, docteure en psychologie et professeure à, l'institut et Haute école de la santé La Source à Lausanne